Un an après la mise en confinement de l’Europe, l’Ifop a mené pour Aladom et Le Parisien une comparaison entre la France et l’Allemagne sur la gestion de l’épidémie de Covid qui tourne clairement à l’avantage de l’outre Rhin. 

Résultat, la crise sanitaire parait de plus en plus difficile à vivre psychologiquement au regard de la proportion croissante de Français reconnaissant ne pas avoir le moral : 30% en mars 2021, soit une proportion deux fois plus élevée que celle observée juste avant l’apparition du premier cas de Covid en France (16% en novembre 2019). Et l’impact des restrictions sanitaires imposées depuis mars 2020 pèse sensiblement plus lourd sur le bien-être psychologique des Français (30%) que chez leurs voisins d’outre-Rhin (23%) par exemple.

Anxiété, dépression, idées suicidaires… Les répercussions psychologiques des restrictions sanitaires n’ont cessé de s’aggraver ces derniers mois au regard de la proportion croissante de personnes victimes d’anxiété (40%, + 4 points en 4 mois), de troubles du sommeil (46%, + 2 points en 4 mois) ou d’états dépressifs (22%, + 6 points en 4 mois).

Lire le sondage