Temps restant avant la soirée du 6 Octobre 2020 à L'Olympia
0
0
0
0
Jour(s)
0
0
H
0
0
Min
0
0
Sec

La grande soirée du Psychodon aura lieu
le 6 octobre à l’Olympia
en direct sur C8
 

Réservez ici !

Sous le haut patronage de
Monsieur Emmanuel MACRON

Président de la République

Soirée à l’Olympia avec Yannick Noah !

Pourquoi cette soirée ?

Le Psychodon organise chaque 12 juin une grande soirée de sensibilisation à l’Olympia. C’est l’occasion
de briser les tabous qui pèsent sur les maladies psychiques. Elle permet également de mobiliser la générosité des entreprises et du public grâce aux achats de packages « entreprises partenaires du Psychodon », aux billets vendus au profit de l’association et à l’appel aux dons. La soirée est rythmée par des performances artistiques, des temps pédagogiques d’échange, sans pathos et dans un état d’esprit festif : le 12 juin, c’est d’abord la grande fête de la maladie psychique !

Co-animée par Didier Meillerand et le chanteur et humoriste Oldelaf, l’édition 2019 à l’Olympia
a accueilli de grands artistes autour du parrain Yannick Noah : Chimène Badi, Gringe, Les Fatals Picards, Dave, Didier Gustin, Marjolaine Piémont, Monsieur Lune, Amaury Vassili…

L’édition 2020

Diffusée en direct et en prime time sur les chaînes du groupe Canal +, l’émission mobilisera de nouveaux artistes et grands témoins de premier plan.

Dans « Scanner », le rappeur Gringe évoque la maladie de son frère.

« Mais ce soir, il a suffi d’une fois, d’un mauvais trip, un mauvais mélange pour qu’les drogues de synthèse te foudroient et qu’tu t’en ailles tutoyer les anges. Cerveau disloqué, convulsions hardcore et plus personne à bord pour piloter, juste tes potes te ramènent à la maison mais trop tard pour qu’on te ramène à la raison.»

Une grande soirée présentée par Yannick Noah et Didier Meillerand.

Le témoignage de Yannick Noah

« En discutant avec Didier, en lisant son livre, cela fait écho. J’ai ressenti tout ce que je
pouvais vivre, les difficultés qu’il y a à en parler, à trouver les bons mots, les bons moments, la bonne personne. »
« On perçoit les mots [bipolaire, schizophrène, dépressif…] comme durs et humiliants, en les entendant, on se raidit, alors qu’ils veulent juste dire ce qu’ils veulent dire. Il y a un manque d’information, beaucoup d’ignorance. »

Retrouver l’interview sur le parisien.fr

Le témoignage de Chimène Badi

« À l’Olympia, je chante le goût de la vie pour le Psychodon et pour dire stop aux tabous qui pèsent sur la maladie psychique. » explique Chimène Badi, qui connaît bien la maladie psychique avec la dépression de sa mère.

Réserver pour la soirée

Réservez ici !