D’après un article du Lancet Psychiatry, une revue scientifique britannique spécialisée en psychiatrie, et relayée par la fondation FondaMental, il existe une absence de prise en compte des personnes atteintes de maladie mentale dans les politiques nationales de vaccination. La publication en question révèle que seuls 4 pays, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, l’Allemagne et le Danemark, parmi les 20 pays européens étudiés, accordent la priorité aux vaccinations COVID pour les personnes souffrant de troubles psychiatriques sévères (tels que les troubles psychotiques et les troubles de l’humeur).

Pourtant, une multitude de preuves scientifiques montre que ces patients font partie des plus à risque : ils sont 65% plus susceptibles d’attraper le COVID 19 et jusqu’à deux fois plus susceptibles d’en mourir. En effet, selon une autre revue scientifique  , la schizophrénie est le second facteur de risque de décès de la Covid, après l’âge.

Aujourd’hui, la Fondation FondaMental et les principales organisations européennes de santé mentale tirent ensemble la sonnette d’alarme et appellent à une action coordonnée pour intégrer en priorité les personnes souffrant de maladie mentale dans les stratégies vaccinales.

Lire l’article